Accueil · Société · Et de Quatre…

à propos de l'auteur...

Jérôme Marsais

Jérôme Marsais
Coordonnateur aux services en employabilité à destination des personnes immigrantes chez Stratégie Carrière

Jérôme Marsais a réalisé l’ensemble de sa formation en France, son pays d’origine. Il a dirigé, pendant près de dix ans, un regroupement d’employeurs de plus de 40 entreprises. Depuis 2004, au sein de l’organisme Stratégie Carrière, il coordonne les services en employabilité à destination des personnes immigrantes avec une équipe de quatre personnes (conseillère en emploi, psychologue, relationniste pour l’emploi, agente de régionalisation). Il travaille également à la promotion de…

Articles similaires

10
avr.
2012

Et de Quatre…

par Jérôme Marsais

Lena, Maude, Ivan, Hind, Lina

Dans mes derniers articles, j’ai pu vous faire découvrir trois services d’accueil des nouveaux arrivants  et pour clore notre périple de l’accueil en Mauricie, aujourd’hui je vous présente le quatrième SANA, celui de Trois-Rivières. Imaginez-vous, ses racines nous font remonter le temps puisqu’il existe depuis 44 ans ! Une mémoire collective des différentes communautés qui peu à peu sont venues enrichir l’histoire de la ville et le soutien de tous ces bénévoles trifluviens qui ont contribué à leur intégration.

L’organisme de Trois-Rivières a une particularité par rapport aux autres SANA. Ses services sont réservés exclusivement aux personnes immigrantes qui s’installent à Trois-Rivières. Une immigration discrète, mais chaque année on peut estimer à plus de 200 néo-Trifluviens issus de l’immigration qui s’installent, et pour l’essentiel, ce sont des familles.

Ces nouveaux arrivants sont majoritairement des immigrants de la catégorie « travailleurs qualifiés », sélectionnés par le gouvernement du Québec, ou bien des parrainés, mais aussi des étudiants internationaux qui, à l’issue de leurs études, ont fait la démarche pour obtenir leur résidence permanente.

Mais l’autre particularité du SANA de Trois-Rivières, c’est aussi l’accueil et l’aide à l’établissement de familles de réfugiés. Là, l’expérience de Ivan et de son équipe de permanents, Maude, Lina, Hind et Lena,  ainsi que des bénévoles joue un rôle majeur pour apporter tout le soutien nécessaire à ces gens qui ne se destinaient pas à devoir un jour quitter leur pays.  Juste pour alimenter votre réflexion sur cette catégorie d’immigrant, il me plaît toujours de rappeler que nul autre qu’Albert Einstein était un réfugié qui a fui le régime nazi…

Pour ceux et celles que cela intéresse, sachez que le SANA de Trois-Rivières organise tous les ans une marche, lors de la journée mondiale des réfugiés le 20 juin. Une belle activité de partage et de découverte. Soyez au rendez-vous ! (contact : 819.375.2196). Aider pour un nouveau départ, voilà un élan de générosité que toute une société doit partager pour aller de l’avant et s’en trouver gagnante. La société québécoise, avec sa tradition d’entraide qu’elle a su forger au fil du temps, au gré des aléas climatiques et des temps difficiles, a cette valeur solidement ancrée dans les fondements de ses origines.

Partager

Commentaires (4)

#1 écrit par Gaëtan Daviau
18 avril 2012 à 16 h 41

J'ai bien aimé tes articles sur l'accueil des arrivants Jérôme. J'aimerais bien savoir sur quoi porte les critères de qualification d'un immigré au Québec ? L'employabilité ? Le niveau d'éducation ? Reconnaissons-nous au même titre leur niveau d'éducation ? Merci du partage Jérôme.

#2 écrit par jérome Marsais
19 avril 2012 à 10 h 53

Bonjour Gaëtan, Le Québec a la particularité d'avoir la possibilité de faire sa propre sélection de candidats à l'immigration, mais l'octroi du visa reste le mandat du gouvernement canadien. Il y a plusieurs catégories d'immigration, mais pour te répondre je vais prendre la plus répandue à savoir celle des résidents permanents de la catégorie "travailleur qualifié". Chaque demandeur doit se qualifier selon grille de pointage qui touche plusieurs aspects socioprofessionnels, comme la formation, la diplomation, l'expérience professionnelle. Mais aussi le niveau de français, la composition de la famille, l'âge, etc. Si le pointage est suffisant, le candidat rencontrera un conseiller du MICC. S'il est accepté, il reçoit un certificat de sélection du Québec et peut présenter alors sa demande au fédéral qui va pour sa part vérifier les aspects qui touchent la santé (examen médical) et sécurité (antécédents judiciaires). Depuis quelques années, les ministères de l'Immigration et de l'Emploi font un travail commun pour déterminer les secteurs en demande afin d'en tenir compte dans la sélection. Également depuis 2009, la grille de sélection du Québec accorde plus de points pour des profils DEC et DEP que Bacc, en raison de la demande croissante de profils avec ces niveaux de formation. Pour ce qui est de la reconnaissance, chaque nouvel arrivant diplômé a la possibilité de demander une étude comparative de son ou ses diplômes par le ministère de l'Immigration. Toutefois, cela reste une étude comparative on ne parle pas ici de reconnaissance à un ordre professionnel.. Et cela est une autre histoire...

#3 écrit par France Delisle
25 avril 2012 à 14 h 30

Bonjour, C'est tout a fait par hasard que je me suis retrouvée sur le site blogue Mauricie, l'information qu'y transmet monsieur Marsais et fort bien détaillée. Merci de votre implacation. France Delisle IQEMCQ - Bureau de la Mauricie et du Centre-du-Québec Ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles

#4 écrit par jérome Marsais
25 avril 2012 à 16 h 42

bonjour Madame Delisle, Je suis content de voir que mes nombreuses années à côtoyer le responsable en développement du MICC pour la région de la Mauricie m'ont permis de bien connaitre et comprendre les tenants et aboutissants de l'immigration au Québec. J'en profite alors à mon tour pour remercier l'implication du MICC en Mauricie qui a contribué grandement au développement de l'immigration sur les 6 territoires de la région. Jérôme

Les commentaires sont fermés.

Articles populaires
Suivez-nous

Abonnez-vous à notre infolettre :